Azuré commun sur Silène enflé

Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses, – S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur, – Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes, – S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles, – Voilà du papillon le destin enchanté! – Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose, – Et sans se satisfaire, effleurant toute chose, – Retourne enfin au ciel chercher la volupté! (Alphonse de Lamartine)

800 Azuré commun sur Silène enflé Quartier Royal 8.2018 © Patrick Vandendael 5

Rue de l’Augette

Ayant rompu le pain sur la table modeste, – Au soleil de midi, la maison fait la sieste, – Silence et quiétude : à peine un tiède vent, – Soulève la persienne en éventail mouvant, – Il répand, sous le toit où son souffle pénètre, – Le chaud parfum des fleurs qui longent la fenêtre (Joseph Autran)

Rixensart