Azuré commun sur Silène enflé

Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses, – S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur, – Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes, – S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles, – Voilà du papillon le destin enchanté! – Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose, – Et sans se satisfaire, effleurant toute chose, – Retourne enfin au ciel chercher la volupté! (Alphonse de Lamartine)

800 Azuré commun sur Silène enflé Quartier Royal 8.2018 © Patrick Vandendael 5

Aurore sur Cardamine des prés

Naître avec le printemps, mourir avec les roses, – Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur, – Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses, – S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur, – Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes, – S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles, – Voilà du papillon le destin enchanté! – Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose, – Et sans se satisfaire, effleurant toute chose, – Retourne enfin au ciel chercher la volupté ! (Alphonse de Lamartine)

401 Aurore sur Cardamine des prés 4.2018 © Patrick Vandendael

Epervier d’Europe

Il pleuvait, il tombait une de ces pluies menues qui mouillent l’esprit autant que les habits, non pas une de ces bonnes pluies d’averse, s’abattant en cascade et jetant sous les portes cochères les passants essoufflés, mais une de ces pluies si fines qu’on ne sent point les gouttes, une de ces pluies humides qui déposent incessamment sur vous d’imperceptibles gouttelettes et couvrent bientôt les habits d’une mousse d’eau glacée et pénétrante (Guy de Maupassant)

Epervier d'Europe 2.2019 © Bruno Marchal