Avenue Royale

Alors, – Les grand’routes, dès le matin, s’en vont d’accord, – Sous les rameaux et les ombrages, – Vers les prés et les eaux, les bourgs et les villages ; – Et sans fatigue et sans repos, – Elles longent le mur ou le fossé des clos ; – Elles se haussent et s’inclinent, – Selon la courbe lente ou brusque des collines (Emile Verhaeren)

avenue royale 20100104 © fabian geets