Villa Beau-Site

Le vent léger, qui croise en mobiles réseaux, – Ses rides d’argent clair, laisse de sombres zones, – Où les arbres, plongeant leurs dômes et leurs cônes, – Tremblent, comme agités par des milliers d’oiseaux (Jules Breton)

628 villa beau-site 6.2016 © véronique wynant