Parc communal

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours, – Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds, – Ravins où l’on entend filtrer les sources vives, – Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives ! (Victor Hugo)

Bois Communal 1.2013 © Cedric Muscat-001

Etang Gillet

L’étang mystérieux, suaire aux blanches moires, – Frissonne; au fond du bois la clairière apparaît, – Les arbres sont profonds et les branches sont noires, – Avez-vous vu Vénus à travers la forêt ? (Victor Hugo)

1216 etang gillet 12.2015 © cedric muscat

Etang Gillet

La banlieue en automne est un miroir secret, – Qu’il faut longtemps polir et de mince reflet, – Mais qu’un peu d’amitié touche son eau fermée, – Il n’est rien de si beau dans la plus belle année (Odilon-Jean Périer)

1124 etang gillet 11.2016 © cedric muscat 4

Parc communal

Enregistrés dans quelque ciel multiple, – Incrustés dans quelque rire sans fin, – Ils passent, – Comme des étoiles d’autres saisons, – Comme des météores d’autres siècles (Leonard Cohen)

1217 parc communal 1.2016 © cedric muscat

Parc communal

Et il en émane une odeur non de pièce morte, non de sacristie et de toiles d’araignée, mais d’espace végétal, de rafales qui retombent soudain en ouragan de plumes, de feuilles, de pollen de la forêt sans fin … (Pablo Neruda)

1028 bois communal 9.2016 © cedric muscat 2

Parc communal

Toute matière qui s’approche du disque lumineux qui en délimite la surface est happée vers le cœur du phénomène et condamnée, une fois franchie une zone de non-retour, à ne plus jamais reparaître (Jean-Marie Thomasseau)

1025 bois communal 9.2016 © cedric muscat 1

La Lasne

C’est un trou de verdure où chante une rivière, – Accrochant follement aux herbes des haillons, – D’argent ; où le soleil, de la montagne fière, – Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons (Arthur Rimbaud)

1011 la lasne baillois camera obscura 10.2015 © cédric muscat0

Cette photo argentique a été réalisée par Cedric Muscat avec une caméra fabriquée en partie par lui-même, notamment le cadre en bois, le soufflet et le verre dépoli.

Etang Gillet

Le peintre emploie la gamme des couleurs, le musicien celle des sons, le cuisinier celle des saveurs, et il est très remarquable qu’il existe sept couleurs, sept sons, sept saveurs (Lucien Tendret)

etang gillet 10.2012 © cedric muscat-002

Avenue de Merode

Je regardais le crépuscule dehors, descendre en douceur, – Sur la forêt mouillée, – Les étangs, les arbres rouillés, – Et les derniers oiseaux qui lançaient, – Du fond de leur cœur, leurs chants exaltés (Nicole Croisille)

921 avenue de merode aube 8.2015 cedric muscat

 

Parc communal

Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois, – Dans tout ce qui m’entoure et me cache à la fois, – Dans votre solitude où je rentre en moi-même, – Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime ! (Victor Hugo)

629 bois communal 6.2016 © cedric muscat

Etang Gillet

L’eau c’est de l’or, regarde bien, – Y’en a encore jusqu’à demain, – L’eau c’est de l’or, prends-en bien soin, – C’est un trésor entre tes mains, – Oui mais demain comme par hasard, – Un beau matin il s’ra trop tard, – Et tu verras c’que tu vas voir, – Quand on n’aura plus rien à boire (Henri Dès)

Etang Gilet 6.2014 © Cedric Muscat - 1

Parc communal

Rêvons … le feu s’endort sous sa cendre d’hermine, – Vers de mauves lointains d’une douceur fanée, – Mon âme s’est perdue, – Et l’heure enrubannée, – Sonne cent ans à la pendule surannée (Albert Samain)

 

703 parc communal 6.2016 © cedric muscat

Parc communal

Eugène, puisque Juin, le plus feuillu des mois, – Est de retour, veux-tu tous deux aller au bois ? – Ensemble et seuls, veux-tu, sous l’épaisse ramure, – Prendre un long bain de calme, et d’ombre, et de verdure ? (Auguste Lacaussade)

712 parc communal 5.2016 © cedric muscat4

Etang Gillet

Sur les fils de la pluie, – Les anges du jeudi, – Jouent longtemps de la harpe, – Et sous leurs doigts Mozart, – Tinte délicieux, – En gouttes de joie bleue (Maurice Carême)

717 etang gillet 5.2016 © cedric muscat3