Chemin du Belloy

Et quand la chute en or des feuillages effleure, – Larmes ! ses murs flétris et ses pignons usés, – La ferme croit sentir ses lointains trépassés, – Qui doucement se rapprochent d’elle, à cette heure, – Et pleurent (Emile Verhaeren).