Lac de Genval

Et voyant comme l’eau roule sans retenue, – Vers l’immense bassin d’où sa source est venue, – Que ni l’abri des bois, ni le vert de ses bords, – Ni des guérets voisins les jaunissants trésors, – Ni même les palais qui couronnent sa rive, – Ne peuvent un moment la retenir captive, – Qu’elle coule toujours et va sans s’arrêter, – Tant que son poids la peut par sa pente porter (Pierre Lemoyne)