Parc communal

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours, – Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds, – Ravins où l’on entend filtrer les sources vives, – Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives ! (Victor Hugo)

1229 Parc Communal 1.2014 © Cedric Muscat._3.jpg