Parc communal

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours, – Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds, – Ravins où l’on entend filtrer les sources vives, – Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives ! (Victor Hugo)

Bois Communal 1.2013 © Cedric Muscat-001

Etang Gillet

L’étang mystérieux, suaire aux blanches moires, – Frissonne; au fond du bois la clairière apparaît, – Les arbres sont profonds et les branches sont noires, – Avez-vous vu Vénus à travers la forêt ? (Victor Hugo)

1216 etang gillet 12.2015 © cedric muscat

Les Pléiades

Indéfiniment, le bleu s’évade. Ce n’est pas, à vrai dire, une couleur. Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l’air. Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l’homme que dans les cieux (Jean-Michel Maulpoix)

2f03b-405695491

L’image de ces étoiles est le fruit de la passion pour l’astrophotographie. Elle représente plus de trois heures de poses sous les instruments de Simon-Pierre Gorza et de moi-même soit au total plus de six heures de poses dans la nuit glaciale, prises cumulées et assemblées par les talents de ‘traitement d’image stellaires’ de Simon-Pierre. Le froid et le gel favorisent la clarté du ciel, malheureusement  fort ‘pollué’ ici par l’éclairage urbain très mal géré.

‘Les Pléiades’ sont un amas d’étoiles distant de 440 années lumières (environ). Une ‘année lumière’ est la distance que parcourt la lumière en un an terrestre, à la vitesse d’environ 300.000 Km/seconde. Nous voyons ces étoiles comme elles étaient voici 440 ans. Les voiles de poussière qui les enveloppent ne font pas partie de cet amas mais forment un nuage qui, par chance, le croise actuellement. Il y a beaucoup de poussière dans l’espace et parfois, en s’agglutinant sous les forces de gravité (ou aussi électrostatiques, pense-t-on) elle forme ce que l’on nomme des ‘pouponnières d’étoiles’. Ce ne sera pas le cas pour celles-ci.

L’amas des Pléiades est répertorié en de très anciens textes. Il est aussi nommé ‘M45’, selon le catalogue de Monsieur Messier, astronome du Roi Louis XV (il le surnommait le furet des comètes).

Philippe Van den Doorn

Plongeon arctique

Un échappé du Nord de l’Europe s’est retrouvé sur le lac de Genval comme cela arrive parfois lors des migrations d’automne par vents forts, contraires ou latéraux. Cet exceptionnel Plongeon arctique (Gavia arctica) est resté plusieurs jours grâce à une qualité d’eau irréprochable lui pourvoyant sa nourriture préférée : les poissons, ici une Perche commune. C’est la toute première observation en Brabant wallon débutée le 3 décembre et toujours présente le 11 décembre 2016 (Bruno Marchal)

1213 plongeon arctique lac de genval 10.12.2016 © bruno marchal

Bois de Rixensart

Comme des sources invisibles, – Dans l’ombre des bois endormis, – Sortent des murmures amis, – Et des fuites d’onde paisibles, – Qui se perdent dans les fraîcheurs, – Des fougères à tiges rousses, – Et dans l’emmêlement des mousses, – En de sinueuses blancheurs (Les Sources)

1107 bois de rixensart 10.2015 b © gilbert nauwelaers3

 

Lac de Genval

J’attends que tous les bruits ne soient plus que musique, – Et le fond de la Terre une source de miel, – Et j’attends que jaillisse un geyser fantastique, – Entraînant nos élans jusqu’au plus haut du ciel (Yves Duteil)

1203 lac de genval 11.2016 © berbard defer