Bois de Rixensart

Et tantôt son plaisir est de voir la nuance, – Que cent diverses fleurs font de leur alliance, – Sur le vivant émail d’une planche à fond vert, – Où chacun à l’envi se produit et se perd (Pierre Lemoyne)

628 Bois de Rixensart 6.2015 © Christine Blavier1.jpg

Parc communal

Eugène, puisque Juin, le plus feuillu des mois, – Est de retour, veux-tu tous deux aller au bois ? – Ensemble et seuls, veux-tu, sous l’épaisse ramure, – Prendre un long bain de calme, et d’ombre, et de verdure ? (Auguste Lacaussade)

626 Bois Communal 6.2016 © Cedric Muscat.jpg

Villa Beau-Site

Le vent léger, qui croise en mobiles réseaux, – Ses rides d’argent clair, laisse de sombres zones, – Où les arbres, plongeant leurs dômes et leurs cônes, – Tremblent, comme agités par des milliers d’oiseaux (Jules Breton)

genval,villa beau-site,arbres remarquables,avenue des combattants

 

 

Sentier vicinal 52

Ces nuages de plomb, d’or, de cuivre, de fer, – Où l’ouragan, la trombe, et la foudre, et l’enfer, – Dorment avec de sourds murmures, – C’est Dieu qui les suspend en foule aux cieux profonds, – Comme un guerrier qui pend aux poutres des plafonds, – Ses retentissantes armures (Victor Hugo)

626 Sentier Vicinal 52 rue du Tilleul Genval 6.2016 © Gorza Simon-Pierre.jpg

Carpu

Oh ! Comprends ce qu’il souffre et sens bien comme il aime, – Celui qui poserait, au lever du soleil, – Un bouquet, invisible encor, sur ton sein même, – Pour placer ton bonheur plus près de ton réveil ! (René Sully Prudhomme)

620 Lever de soleil Carpu 6.2016 © Patrick Vandendael2.jpg

Château de Rixensart

Aussi appelé Bonheur, – Ô saisons, ô châteaux, – Quelle âme est sans défauts ? – Ô saisons, ô châteaux, – J’ai fait la magique étude, – Du Bonheur, que nul n’élude (Arthur Rimbaud)

621 Château de  Rixensart 6.2015 © Christine Blavier1.jpg

Rue Alphonse Collin

De la cité cernée, – Par les graffitis qui s’alignent dans la grisaille, – De l’enceinte où j’avance, – Vers les vapeurs de néant, – Qui s’engouffrent dans la nature (Christophe Bregaint)

617 Rue Alphonse Collin 5.2016 © Monique D'haeyere 2.JPG

Coeur de Marie

Et moi, je dors d’un oeil, et je vous dis, Marie, – Qu’en son vase embaumé votre fleur est ravie, – D’éclore sous vos mains, et tressaille au bonheur (Stéphane Malarmée)

614 Coeur de Marie 6.2015 © Patrick Vandendael.jpg