Rue de Limalsart

Il a neigé la veille et, tout le jour, il gèle. – Le toit, les ornements de fer et la margelle, – Du puits, le haut des murs, les balcons, le vieux banc, – Sont comme ouatés, et, dans le jardin, tout est blanc (François Coppée)

20100130 Rue de Limalsart © Berna de Wilde

La Lasne

n Il se voit perdre la face, – Dans ce miroir qu’il brise qu’il casse, – Comme de la glace, glace que l’on pile, – Plus de face que de profil, – Il s’éclate (Pierre Rapsat)

20100128 La Lasne © Gilbert Nauwelaers

Cimetière de Genval

Ils ne pourront pas bouger ta pierre, – les dévastateurs séculaires, – je l’ai choisie lourde, – comme le poids des sanglots, – comme la rage des larmes, – lourde comme le silence, – comme la peur de tes chers parents perdus, – si loin de toi, – à Auschwitz. – Je les ai réunis ici, – à toi, – enfin dans l’honneur. – Ils ont leur part de pierre, – près de ton cœur (Yehoshua Ra’hamim Dufour)

 

Rue du Baillois

n Ma maison c’est votre maison, – Entre mes quatre murs de glace, – Je mets mon temps et mon espace, – A préparer le feu, la place, – Pour les humains de l’horizon, – Et les humains sont de ma race (Gilles Vigneault)

20100126 Rue du Baillois © Berna de Wilde

Rue des Bleuets

n Mais regardez. Voici le coucher de soleil, – À l’occident plus clair court un sillon vermeil, – Sa soudaine lueur féerique nous arrose, – Et les arbres d’hiver semblent de corail rose (François Coppée)

20100124 Avenue des Bleuets © Monique D'haeyere