Rue des Cailloux

L’hiver s’en va et voici mars et puis avril, – Et puis le prime été, joyeux et puéril. – Sur la glycine en fleurs que la rosée humecte, – Rouges, verts, bleus, jaunes, bistres, vermeils, – Les mille insectes, – Bougent et butinent dans le soleil (Emile Verhaeren)

ACER

Chapelle Sainte-Rita

Au coeur solitaire du bonheur, – Devenu mon coeur même, – Quelle paix divine en ce jour, – Et quelle plénitude suprême ! Ô le rire adorable d’amour, – De tout ce qui m’environne !  Autour de mon bonheur en fleur, – Une abeille éternelle bourdonne… Elle se clôt doucement et s’apaise, – Mon âme heureuse ; – Elle se tait, – La rose qui chantait (Charles Van Lerberghe)

Chapelle Sainte-Rita 20080712 © Eric de Séjournet